RESILIENCE


La semaine dernière, lors d'une séance, j'ai rencontré une personne extraordinaire.

J'ai demandé l'autorisation à cette femme d'écrire son histoire ou plus exactement, leurs histoires. Son expérience pouvant aider les parents endeuillés et faire bon usage de son témoignage. Cette femme au regard doux et bienveillant m'a raconté comment elle s'est réconciliée avec la vie après la mort de son fils alors âgé de 27 ans. Accident de voiture, l'annonce, brutale, les gendarmes, vous savez comme ces scènes de films. Sauf que là, c'est pas du cinéma. C'est la vie, la vraie. Pas de nomination aux Cesars, pas de statuette à soulever. Non. Simplement une couronne, déposée sur une tombe sans les applaudissements. Puis, le manque et la douleur à surmonter. Et la vie doit continuer… 10 ans ont passé… Mais voilà, ce fils disparu est toujours autant présent alors je ne vais pas en parler au passé. Cette femme ne souhaite pas que j'emploie le mot "courage". Alors je respecte sa demande et salue son humilité. Son fils savait qu'il allait "partir"… Ne me demandez pas pourquoi, c'est ainsi…

Alors il a laissé des consignes et des messages à délivrer à ses proches après sont départ.

Très vite, elle a été convaincue que tant de synchronicités ne pouvaient pas être le fuit du hasard. Elle a totalement lâchée prise en faisant confiance à son fils. Pendant ces 27 années, elle l'a aidé à grandir et aujourd'hui c'est lui qui l'aide à grandir. Elle a cheminé pendant 27 ans auprès d'une belle âme, sans le savoir et c'est un cadeau merveilleux de savoir qu'il est heureux de l'autre côté. La seule chose qu'une mère souhaite pour son enfant où qu'il soit, c'est qu'il aille bien. Son fils est simplement parti en voyage, un jour, ils se retrouveront de l'autre côté de la frontière. C'est tout. La douleur de la perte réside uniquement par l'absence. Celle du physique, de la voix. Ne plus entendre, ne plus toucher, ne plus sentir, ne plus voir, c'est un naufrage. Par contre, il reste l'esprit. Son fils lui a envoyé des signes et très vite elle a comprit que c'est ainsi que leur relation pourrait continuer à vivre. Son fils n'aimait pas la voir malheureuse, alors elle a voulu lui rester fidèle en cela, pour ne pas le décevoir. Pour elle c'est ainsi que commence la résilience, c'est sa "recette". Jour après jour, pas après pas, en faisant confiance à l'au-delà. Peu importe les croyances de chacun, là n'est pas le but de ces lignes consacrées à ces deux êtres. Simplement, un espoir né en moi, celui d'ouvrir, peut-être une voie pour permettre à toutes ces voix endeuillées de s'exprimer. Sans tabous…

La mort ne s'attrape pas, elle s'entend, se dit et s'écrit. Cette femme a su s'élever et regarder les pans de sa vie sous un autre angle. Bouleversée par son témoignage, je le suis encore. Je me dis, que tout comme elle, je ne crois pas au hasard et que son fils a peut-être provoqué notre rencontre. Alors, je le remercie.

Et à vous, MADAME, chapeau bas. Vous m'avez appris à comprendre toute la puissance de la RESILIENCE.

0 vue